cours et exercices comptabilité

Mercredi 18 juillet 3 18 /07 /Juil 06:38

Télécharger le cours

Ce cour en quelques lignes :

Un petit cour de comptabilité générale de 24 pages - format pdf Cour libre de Laurence Le Gallo basé sur les ouvrages suivants :
- Initiation à la logique comptable, Michel Salva, Vuibert, collection Dyna’Sup
- Introduction à la comptabilité, Marc Nikitin et Marie-Odile Régent, Armand Colin, collection Cursus
- Ouf, j’ai compris la comptabilité, Marie-Laure Ruheman, Editions d’organisation
- La compta … sans comptes, François Pottier, Editions EMS

Sommaire du document :

Chapitre 1 – Sources et nature des obligations comptables

  • Les sources législatives : Code de commerce, plan comptable général
  • Le domaine d’application des obligations comptables
  • La nature des obligations comptables
  • Les objectifs de la comptabilité
  • Les principes comptables

Mots clés : IVème directive européenne, Code de commerce, Plan Comptable Général (PCG), normes IFRS, patrimoine, enrichissement, appauvrissement, inventaire, comptes annuels, principes comptables, livres comptables, pièce justificative, image fidèle, prudence, indépendance des exercices.

Chapitre 2 – Le bilan et le compte de résultat

  • Le bilan
  • Le compte de résultat

Mots clés : patrimoine, activité, bilan, actif, passif, actif immobilisé, actif circulant, liquidités, fonds propres, dettes, compte de résultat, charges, produits, consommations.

Chapitre 3 – Les mécanismes comptables

  • Le principe de la « partie double »
  • Les opérations sans impact sur le résultat
  • Les opérations avec un impact sur le résultat

Mots clés : partie double, emploi, ressource, emploi récupérable, emploi non récupérable, ressource interne, ressource externe, égalité montant des emplois = montant des ressources.

Chapitre 4 – Le fonctionnement des comptes

  • Le compte : définition et vocabulaire
  • La numérotation des comptes
  • Comptabilisation d’une écriture

Mots clés : compte, débit, crédit, solde, liste des comptes, écriture comptable, compte « en T », journal

Chapitre 5 – Les principaux schémas comptables

  • Les opérations courantes
  • Les opérations d’inventaire

Chapitre 6 – De la vision comptable à la vision financière

  • Le crédit-bail
  • Les effets escomptés non échus

Chapitre 7 – Les soldes intermédiaires de gestion et le bilan fonctionnel

  • Les soldes intermédiaires de gestion
  • Le bilan fonctionnel
Par compta, fiscalité, impots - Publié dans : cours et exercices comptabilité
Ecrire un commentaire - Voir les 27 commentaires
Vendredi 2 mars 5 02 /03 /Mars 18:44

Le lifo c'est qupoi ?

Last in, first out, souvent abrégé par l'acronyme LIFO, signifie « dernier arrivé, premier servi ».
Cette expression est souvent utilisée en informatique pour décrire une manière de traiter des données. La dernière donnée ajoutée à la structure sera ainsi la première à être retirée. La structure de pile repose sur ce principe.

Une illustration courante de ce traitement est la pile d'assiettes sales : la dernière posée sur le dessus de la pile est la première lavée.

Cette expression est également très utilisé en comptabilité analytique et d'une manière générale dans les techniques de gestion des stocks.
Elle est dans ce cas souvent traduite par DEPS pour « Dernier Entré Premier Sorti ».

a ne pa confendre avec l'autre méthode :  FIFO

Le Fifo c'est quoi ?

First In, first Out, souvent abrégé par l'acronyme FIFO, signifie « premier entré, premier sorti ». Cette expression est souvent utilisée en informatique pour décrire une méthode de traitement des données. Cette méthode correspond à une méthode de traitement des élements d'une file d'attente (calculs d'un ordinateurs, stocks). Selon Donald E. Knuth[1] les premiers à considérer ce concept comme digne d'étude étaient sans doute les cost accountants.

Si l'avantage de cette politique d'ordonnancement réside dans sa simplicité, elle pénalise les processus à temps bref d'exécution. En effet, si un processus demandant beaucoup de temps de calcul est lancé, suivi directement par une petite tâche (l'utilisateur appuye sur retour dans son traitement de texte) la petite tâche devra attendre la fin de l'autre pour s'exécuter.

Cet algorithme est également utilisé comme politique de remplacement des lignes de cache en raison de sa simplicité d'implémentation et de son faible coût. Néanmoins, il présente une anomalie connue sous le nom d'anomalie de Belady: augmenter le nombre d'étages de la pile peut avoir un effet négatif sur la performance.

Cette expression est également très utilisée en comptabilité analytique, et d'une manière générale dans les techniques de gestion des stocks.
Elle est dans ce cas souvent traduite par PEPS pour « Premier Entré, Premier Sorti ». En pratique le produit qui est arrivé le premier dans le stock sera le premier à sortir du stock (pour être vendu, utilisé ou comptabilisé). La méthode PEPS est très utilisée notamment pour les produits périssables.

Dans l'industrie, elle permet également une gestion des stocks de petites pièces (boites de rondelles par exemple) optimisée par rapport au temps demandé pour s'en procurer.


une autre explication du lifo selon aquadesign.be

En comptabilité, les stocks sont considérés comme étant des «actifs consommables» intervenant dans le processus d'exploitation et sont une propriété de l'entreprise. Ils concernent les marchandises c'est à-dire tout ce que l'entreprise achète pour le revendre en l'état ;les matières et fournitures consommables qui sont des objets concourant à la fabrication ou à l'exploitation sans rentrer dans la composition du produit ; les matières premières qui sont des substances qui sont destinées à fabriquer le produit ; les produits intermédiaires qui quant à eux sont destinés à entrer dans une nouvelle phase du processus de production et enfin les produits finis qui comme leur nom l'indique, constituent la phase finale du processus d'exploitation. Ainsi, la gestion des stocks en comptabilité, tout comme les autres opérations, exige des méthodes bien particulières. Il s'agit dans un premier temps évaluer le stock c'est-à-dire, qu'il faut le valoriser et dans un second temps, il faut le comptabiliser. Mais comment la valorisation se passe-t-elle ? Rappelons que les stocks sont des «charges différées» et qu'à leur entrée dans l'entreprise, les matières premières et les marchandises sont enregistrées à leur coût d'acquisition tandis que les produits finis et en-cours sont comptabilisés à leur coût de production. Ainsi, la valorisation des stocks diffère selon que le stock soit «interchangeable» c'est-à-dire non identifiable ou alors «identifiable» c'est-à-dire qu'il peut être compté individuellement. Les stocks peuvent être évalués selon trois méthodes dont la plus utilisée est la «méthode des coûts réels». Il s'agira donc du «Last In, Firts Out» ou (LIFO), du «First In, First Out» ou (FIFO). La méthode du «Last in, First out» (LIFO) ou «Dernier entré, Premier sorti» (PEPS) en français, consiste à vendre ou à utiliser en premier, le dernier produit enregistré dans les stocks. Ce qui signifie que, dans la technique du «LIFO», le produit qui a été enregistré ou comptabilisé en dernier dans les stocks sera le premier à être utilisé ou vendu. Par contre, la technique du «FIFO» consistera à vendre en premier le produit qui a été enregistré en premier. Cette technique concerne le plus souvent le secteur de l'agroalimentaire où il faut s'assurer d'une bonne rotation des stocks et ce par rapport aux dates de péremption des denrées périssables. Voilà, en quelques lignes, en quoi consiste la méthode du «LIFO» dans la gestion des stocks.

Par Last In, First Out, FIFO First In, first Out - Publié dans : cours et exercices comptabilité
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 1 mars 4 01 /03 /Mars 16:16

1. Définition

La comptabilité est un moyen de preuve entre commerçants

2. Livres obligatoires

Tout commerçant doit obligatoirement tenir :
- un livre journal
- un grand livre
- un livre d'inventaire.

Il doit aussi tenir un livre de paie et des livres obligatoires spéciaux en fonction de sa profession, par exemple :

  • livre d'entrée et sortie du personnel ;
  • registre des assemblées ;
  • registre des conseils ;
  • registre des mouvements de titres ;
  • registre des fabricants et commerçants en armes., etc...

Il s'agit d'obligations sociales, juridiques ou commerciales et non purement comptables.

3. Contenu des livres obligatoires

1 - Le livre journal

- Entreprises n'utilisant pas de journal auxiliaire :
Le livre journal doit comprendre tous les mouvements, enregistrés de manière chronologique (CC art D3, Al 1).

- Entreprises utilisant des journaux auxiliaires :
Le livre journal ne comprend que la centralisation mensuelle des écritures portées sur les journaux auxiliaires (CC art D5).

L'enregistrement dans les journaux auxiliaires s'effectue au "jour le jour" et "opération par opération". La centralisation peut consister en un simple report du total des journaux auxiliaires.

2 - Le grand livre

Le grand livre sert au suivi des comptes de l'entreprise. L'ensemble de ces comptes constitue le grande livre. Le grand livre peut comporter des grands livres auxiliaires, en particulier "clients" et "fournisseurs" qui devront être centralisés mensuellement.

3 - Le livre d'inventaire

Le livre d'inventaire regroupe les éléments d'actif et de passif (quantité et valeur) relevés lors de l'inventaire (CC art D6 al 1 et 2).

Le livre d'inventaire reprend les comptes sociaux de l'entreprise :

  • le bilan annuel ;
  • le compte de résultat ;
  • l'annexe comptable ;
  • les stocks et travaux en cours, regroupés par grandes masses si celui-ci est trop important (le détail devant alors pouvoir être consulté par ailleurs).

4. Authentification des livres obligatoires

Le livre-journal et le livre d'inventaire doivent être cotés et paraphés par le greffier du tribunal de commerce du lieu d'immatriculation de l'entreprise. Ils peuvent se présenter sous trois formes :

  • un registre cousu , collé et relié ;
  • un registre à feuillets mobiles ;
  • des documents informatiques écrits (CC art D2, al3).

Les livres doivent être cotés et paraphés avant qu'aucune écriture n'y soit portée. Tout collage est interdit. Ce qui rend difficile l'utilisation directe des documents informatiques. La solution la plus pratique, pour le livre d'inventaire, est l'utilisation de feuillets mobiles perforés, attachés par une ficelle, que l'on fait coter et parapher et sur lesquels on photocopie le bilan, le compte de résultat et l'annexe. Ces feuillets sont ensuite remis dans un classeur. Pour le livre-journal, la transcription manuelle des totaux mensuels sur un registre cousu paraît la meilleure solution vu le petit nombre de reports.

Les livres obligatoires doivent être tenus sans blanc ni altération d'aucune sorte (CC art 13, al 3).

5. Durée de conservation

Pour les livres obligatoires 10 ans
Pour les pièces justificatives 10 ans

Par comptabilité financière - Publié dans : cours et exercices comptabilité
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 1 mars 4 01 /03 /Mars 16:09

Avant la 2ème guerre mondiale la comptabilité n’avait pas de cadre réglementaire, les scandales financiers se sont succédés mettant à mal la situation financière d’investisseurs.
Le but est de montrer le cadre dans lequel la comptabilité doit évoluer.
Section I : définition de la comptabilité
La comptabilité est une technique qui permet d’enregistrer dans des comptes les flux de l’entreprise afin de déterminer le résultat de l’exercice (bénéfices ou pertes) et de présenter la situation patrimoniale de l’entreprise.
Les motifs pour lesquels on tient une comptabilité sont doubles :
Sur le plan économique : la comptabilité doit renseigner si l’activité de l’entreprise a été ou non rentable.
Sur le plan juridique : toutes les entreprises y compris les artisans sont tenus d’avoir des livres comptables et de présenter un état des actifs et des passifs. De ce fait, la comptabilité est un moyen de preuve en cas de litige avec les fournisseurs, les clients, l’Etat, le personnel, les organismes sociaux…

 
La finalité de la comptabilité est de présenter le compte de bilan et de résultat. Elle est ainsi un moyen de contrôle de l’entreprise et un outil d’aide à la décision puisqu’elle permet par exemple de décider quand investir, emprunter, embaucher…
Section 2 : le rôle de la comptabilité
La comptabilité générale est une technique d’enregistrement de stockage et de traitement de l’information ainsi qu’un système normalisé et réglementé ayant pour objectif d’offrir une représentation synthétique de l’entreprise.
Les états financiers qui en résultent doivent répondre aux besoins d’un grand nombre d’utilisateurs internes à l’entreprise (dirigeants, salariés) ou externes à l’entreprise (actionnaires, Etat, organismes sociaux, créanciers).
De ce fait la comptabilité est à la fois un instrument d’informations financières et un outil de gestion.
A°) Comptabilité instrument d’information financière
L’entreprise est une organisation transparente qui doit rendre compte aux partenaires avec lesquels elle est en relation d’affaire ce sont :
les salariés qui lui consacrent leur force de travail
les clients et fournisseurs avec qui elle est en relation d’affaires
les bailleurs de fond qui lui apportent les capitaux : actionnaires, créanciers….
l’Etat à qui l’entreprise doit payer les impôts et les taxes
les organismes sociaux à qui l’entreprise doit payer les diverses cotisations
Cette information financière est donnée par 3 documents de synthèse :
le bilan : il décrit le patrimoine de l’entreprise à une date donnée
le compte de résultat qui renseigne sur le montant des profits et des pertes
l’annexe qui complète le bilan et le compte de résultat
L’information comptable varie selon l’importance de l’entreprise. Dans les petites entreprises la comptabilité reste secrète sauf à l’égard du fisc et du banquier.
Elle fait au contraire l’objet d’une large publicité dans les grandes sociétés surtout quand elles sont cotées en bourse.
Les comptes sont certifiés par les commissaires aux comptes externe
Approbation des associés
Communication au comité d’entreprise
Dépôt au greffe du tribunal de commerce
Publication au BALO Bulletin d’Annonces Légales Obligatoires
B°) Comptabilité : outil de gestion
Loin d’être un simple outil d’informations financières, la comptabilité est également un outil de gestion destiné à éclairer les dirigeants de l’entreprise. Elle se présente de ce fait comme un tableau de bord destinée aux dirigeants et composé d’une série d’instruments de mesures de performances comme le solde intermédiaire de gestion, le tableau de financement, ratio.
Section 3 : Le droit comptable
Le droit comptable représente les règles à implication comptables et financières relatives à la tenue des comptes et à la présentation des documents annuels. Le droit comptable s’est progressivement formé grâce aux textes juridiques, lois, décrets, arrêtés, élaborés selon les besoins des commerçants, des sociétés, et de la collectivité. Cependant il trouve également sa source dans la jurisprudence et la doctrine comptable.
De plus la mise en harmonie de la législation française avec la 4ème directive européenne qui traite la comptabilité a renforcé le droit comptable et lui donne désormais valeur législative et réglementaire.
A°) Evolution du droit comptable
Le droit comptable a toujours cherché a répondre aux besoins de son utilisateur par l’ordonnance de Colbert en 1673. Le droit comptable est devenu un moyen de preuve entre commerçants, ce qui nécessitait des règles de forme. Aujourd’hui, au-delà de ce moyen de preuve, la comptabilité est devenue un moyen d’information destiné aux associés, salariés, épargnants etc…
La réglementation de la comptabilité s’est avérée nécessaire car jusqu’à présent il n’existait que des éléments de droit social et fiscal et aucun élément de droit comptable. La recherche de méthodes communes date de 1934 par l’établissement du 1er plan comptable en Allemagne et de la création en France en 1947. Il a été à l’origine d’un véritable droit de la comptabilité.
La jurisprudence et la doctrine ont fait évoluer le droit comptable et ont été à l’origine de l’élaboration des premières lois comptables intégrées dans le code de commerce par la loi du 30 avril 1982.
Enfin se sont mis progressivement mis en place des organises chargés de faire évoluer le droit comptable (ordre des experts comptables, COB…..).
B°) Les sources du droit comptable
1°) Les traités internationaux
Les traité sont composés principalement de directives européennes dont les 2 principales sont :
La 4ème directive concernant les bilans et les comptes annuels. Elle a introduit une notion d’image fidèle des comptes, l’obligation de rédiger une annexe et les règles en matière de publicité et de révision des comptes ; l’objectif étant de mettre en harmonie les obligations comptables des entreprises et la présentation des états financiers.
La 7ème directive de droit européen relative à la présentation des comptes consolidés
Ex. : Une Société Mère qui possède 3 filiales : filiale 1 - filiale 2 - filiale 3
La Société Mère détient une partie du capital +51% de ses filiales à la fin de l’exercice comptable. Normalement la Société Mère envoie 3 documents de synthèse et chaque filiale doit faire de même mais avec la 7ème directive il n’y a maintenant au lieu de 12 documents de synthèse plus qu’un seul document.
Les normes IAS sont le modèle européen de présentation des comptes pour les sociétés cotées en bourse. Les autres sociétés surtout le PME et le PMI restent en norme française.
2°) Les lois
La loi comptable du 30 avril 1983 a profondément remanié les règles applicables à la comptabilité des commerçants. L’art L 123-12 du nouveau code de commerce (art. 8 de l’ancien Code de Commerce) les oblige à contrôler 1 fois / an par inventaire l’existant des valeurs d’actifs et du passif de l’entreprise. Ils doivent par ailleurs établir des comptes annuels à la clôture de l’exercice au vu des enregistrements comptables et de l’inventaire.
Voir Art L 123-12 (art. 8 à 17) : obligations sur la comptabilité des commerçants.
Le code de commerce développe également les points suivants :
les principes comptables
les méthodes d’évaluation comptable (c’est ici que l’on peut frauder).
D’autres lois peuvent être considérées comme des sources du droit comptable.
loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales
loi du 1er mars 1986 prévention et règlement amiables des entreprises en difficulté
loi du 3 janvier 1985 redressement et liquidation judiciaire des entreprises
loi du 6 avril 1998 chargée de la réforme et de la normalisation comptable
Le code général des impôts complète le droit comptable en ce qui concerne les provisions réglementées, l’amortissement et les règles d’évaluation.
3°) Les décrets
le décret du 29 novembre 1983 a complété la loi comptable, il prévoit notamment l’obligation pour les commerçants d’établir un document décrivant les procédures et l’organisation comptable ainsi que l’existence de la tenue de certains livres obligatoires : livre d’inventaire, livre de journal.
4°) Les recommandations nationales et internationales
les recommandations du conseil national de la comptabilité créé en 1957, elle édite les avis relatifs à la présentation et à l’exploitation des comptes.
La COB qui contrôle l’information du public sur les sociétés cotées
Les avis du conseil national des commissaires aux comptes
Les recommandations de l’ordre des experts comptables et comptables agréés.
Le comité international des normes comptables
La commission des communautés européenne qui élabore règlements et directives eu vue d’harmoniser les documents financiers tirés de la comptabilité.
5°) La jurisprudence et la doctrine
La jurisprudence a fait faiblement évoluer le droit comptable sauf lors de la recherche et de la mise en évidence d’infractions tels que les faux en écriture, l’écriture de faux, la banqueroute, le délit de présentation de comptes ne donnant pas une image fidèle, délits fiscaux.
La doctrine émane de publications, de réponses ministérielles, des circulaires et des documents de l’administration fiscale.
Section 4 : les principes comptables
Selon les arts L 123-12 (art. 8 à 17) du code de commerce, la comptabilité doit respecter les principes qui conditionnent les règles et méthodes comptables utilisées par les entreprises afin d’atteindre les objectifs d’image fidèle de régularité et de sécurité.
La condition d’image fidèle a été introduite par la 4ème directive européenne. Elle n’est pas l’application de bonne foi des principes fondamentaux des règles en vigueur, elle est surtout un objectif à atteindre.
La condition de régularité suppose l’existence d’une organisation et d’un contrôle efficace permettant de retrouver les pièces et documents comptables justificatifs.
La condition de sincérité suppose que la connaissance d’une information soit traduite par une écriture comptable.
Les principes comptables qui gouvernent les comptes sont :
le principe de prudence
ex. : 15 novembre 2003
achat de 10 actions France Télécom à 2 euros = 20 euros
le 31 décembre 2003
Clôture l’action FT vaut 1,5 euros = 15 euros soit une perte de 5 euros
Cette perte de 5 euros doit être traduite en comptabilité. C’est le principe de pessimisme qui impose de tenir compte des pertes probables sous forme de provisions mais qui interdit de comptabiliser les gains simplement virtuels.
principe de non-compensation
Il est interdit de compenser les moins values latentes qui doivent être comptabilisées et les plus values latentes qui ne peuvent être comptabilisées.
Ex : 15 novembre 2003 achat de 10 actions France Télécom à 2 euros = 20 euros
Achat de 15 actions Michelin à 4 euros = 60 euros
Le 31 décembre 2003
France Télécom = 10 x 1,5 = 15 moins value de 5 euros donc prise en compte par le compte
Michelin 15 x 5 = 75 soit une plus value de 15 euros
N.B. interdiction de compenser les moins values par les plus values donc principe de non compensation.
principe de coût historique ou de nominalisme monétaire
En vertu de ce principe 1 € est toujours = à 1 € même s’il se déprécie dans le temps. Cela implique que la comptabilité ne tient pas compte de l’inflation et enregistre des coûts historiques.
Ex. : du matériel de transport
1990 => 10000 €
2003 => 15000 €
N.B. Sur le bilan inscrire la valeur au prix d’achat, on n’a pas le droit de substituer une valeur par une autre.
principe de permanence des méthodes
Ce principe permet de comparer les exercices des résultats successifs.
Ex. : CMUP Méthode du Coût Moyen Unitaire Annuel Pondéré, permet de lisser le phénomène de l’inflation.
Autres méthodes :
first in first out
Lifo
Selon la méthode d’évaluation retenue, le comptable pourra diminuer son imposition
Pour bien comprendre
Les méthodes de valorisation des sorties de stocks les plus courantes sont les suivantes :
1°) Coût unitaire moyen pondéré : le CMUP est recalculé généralement en fin de période comptable (par ex. en fin de mois) ou plus rarement après chaque entrée, selon la formule :
Valeur stock initial + Valeur entrées de la période / Quantité en stock initial + Quantité entrée durant la période
2°) Premier entré premier sorti ou FIFO (First in First out) : les sorties de stocks sont valorisées par ordre décroissant d’ancienneté des approvisionnements, à partir du coût des premiers articles approvisionnés.
3°) Dernier entré premier sorti ou LIFO : les sorties de stocks sont valorisés par ordre croissant d’ancienneté des approvisionnements à partir du coût des derniers articles approvisionnés.
Seules les 2 premières méthodes, CUMP et FIFO, sont préconisées par le plan comptable général. En France, la méthode LIFO n’est pas admise par l’administration fiscale. Si elle est utilisée, elle nécessite un retraitement fiscal pour le calcul de l’impôt sur les bénéfices.
Les comptes de stocks seront codifiés, par exemple, par ligne de produits et par produit, par site géographique (usine, agence commerciale, dépôt…).
Lorsque l’on utilise la méthode des coûts standard, pour chaque mouvement d’entrée en stock, on calculera un écart sur achats :
écart sur achats favorable sur prix d’achats < prix standard (écart créditeur) ;
écart sur achats défavorable si prix d’achat > prix standard (écart débiteur).
Lorsque l’entreprise utilise la méthode des coûts standard, les écarts entre le coût d’achat réel et le coût d’achat standard sont comptabilisés au compte 96 « Ecarts sur achats ».
Un plan comptable se présente de la manière suivante :

Actif Biens Passif Dettes
R= Biens - Dettes
L’impôt est payé sur R, en période inflationniste FIFO ou LIFO peuvent faire baisser les biens, donc le R
Principe de l’indépendance d’exercice
L’exercice comptable contient 12 mois mais ne correspond pas à l’année civile, il faut rattacher à chaque exercice comptable l’ensemble des opérations qui ont pris naissance et qui ont été consommées au cours de cet exercice pour le montant correspondant.
Ex. : Soit une année civile :
Il ne faut enregistrer que les charges et les produits sur l’année 03 donc 3 mois = 300 € en 2004 => 900 €
Principe de continuité de l’exploitation
Il implique que les biens de l’entreprise soient évalués en fin d’exercice pour leur valeur d’utilité et non pour leur valeur de liquidation comme si l’entreprise cessait son activité.
Chapitre II Analyse et saisie des flux
Section I Concept de flux
A°) Définition
Les flux sont des mouvements de biens ou de services et aussi des mouvements de valeurs qui se produisent dans une entreprise pendant un temps déterminé. Chaque flux est caractérisé par son sens et sa valeur.
Du point de vue sens chaque flux à une origine et une destination
Du point de vue valeur chaque flux doit être exprimé en terme d’unité monétaire.
Ex. : L’entreprise A achète à l’entreprise B du matériel de transport pour 5000 € règlement par chèque bancaire. L’origine de l’opération sera l’entreprise A et la destination est l’entreprise B. Entre les deux chèques, il y a un flux de valeur.
L’entreprise B ====mouvement de biens (ici le matériel de transport) è Entreprise A
Du point de vue comptable chaque flux peut être exprimé en terme de ressources et d’emplois. On va rechercher l’origine et la destination pour retrouver l’origine et la destination.
Si je n’avais pas 5000 € je ne pourrai pas payer. Les 5000 € se transforment en matériel de transport.
ORIGINE = RESSOURCES => ce que j’ai sur mon compte en banque
DESTINATION = EMPLOI
Chez B : Sa ressource est la marchandise
Sa destination = banque = emploi
B°) Description des flux
Les flux sont classés selon 2 critères de distinction :
flux réels / flux financiers
Les flux réels : mouvements de biens et de services
Le flux financiers : mouvements des moyens de règlement, espèces, chèques, cartes bleues.
flux internes et flux externes
Flux internes : ils concernent un seul agent économique notamment l’entreprise dont on analyse l’opération.
Flux externes : ils concernent au moins deux agents économiques c'est-à-dire l’entreprise et ses clients, ses fournisseurs, etc….
Section 2 : la saisie des flux
Les flux de l’entreprise doivent être saisis et analysés dans des comptes
Par compta - Publié dans : cours et exercices comptabilité
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 1 mars 4 01 /03 /Mars 04:46

Cours comptabilité générale (gratuit) ( source: PETIKAR - le visité est recommandé )

COUR 01 : NOTION DE PATRIMOINE - LE BILAN

Ce COUR décrit les notions de patrimoine et de bilan.

 

COUR 02 : LE COMPTE

Ce COUR décrit la présentation d'un compte et les notions de débit crédit.

 

COUR 03 : LES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

Ce COUR décrit le fonctionnement des comptes de charges et de produits.

 

COUR 04 : LE PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE

Ce COUR décrit le principe de la partie double : un compte débité, un compte crédité.

 

COUR 05 : L'ORGANISATION COMPTABLE

Ce COUR décrit l'organisation comptable : les comptes, la balance, le journal.

 

COUR 06 : LA BALANCE

Ce COUR décrit la méthode de présentation de la balance.

 

COUR 07 : LA TVA

Ce COUR décrit le principe de fonctionnement de la TVA.

 

COUR 08 : LES ACHATS

Ce COUR décrit l'enregistrement des factures d'achats.

 

COUR 09 : LES VENTES

Ce COUR décrit l'enregistrement des factures de ventes.

 

COUR 10 : LES REDUCTIONS COMMERCIALES ET FINANCIERES

Ce COUR décrit l'enregistrement des factures comportant des réductions commerciales et financières.

 

COUR 11 : LES FRAIS DE TRANSPORT

Ce COUR décrit l'enregistrement des frais de transport chez le fournisseur et chez le client.

 

COUR 12 : LES FACTURES D'AVOIR

Ce COUR décrit l'enregistrement des factures d'avoir chez le fournisseur et chez le client.

 

COUR 13 : LES EMBALLAGES

Ce COUR décrit l'enregistrement des consignations d'emballages chez le fournisseur et chez le client.

 

COUR 14 : LES COMPTES DE TRESORERIE

Ce COUR décrit l'enregistrement des écritures de règlement et la présentation de l'état de rapprochement bancaire.

 

COUR 15 : LES EFFETS DE COMMERCE

Ce COUR décrit l'enregistrement des effets de commerce.

 

COUR 16 : LES ACHATS D'IMMOBILISATIONS INCORPORELLES ET CORPORELLES

Ce COUR décrit l'enregistrement des achats d'immobilisations.

 

COUR 17 : LE PORTEFEUILLE TITRES

Ce COUR décrit l'enregistrement des achats de titres.

 

COUR 18 : LES CHARGES DE PERSONNEL

Ce COUR décrit l'enregistrement de la paie.

 

COUR 19 : LA DECLARATION DE TVA

Ce COUR décrit la présentation de la déclaration de TVA ainsi que son enregistrement.

 

COUR 20 : LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION

Ce COUR décrit le calcul des amortissements ainsi que leurs enregistrements.

 

COUR 21 : LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION

Ce COUR décrit le calcul des provisions ainsi que leurs enregistrements.

 

COUR 22 : LA REGULARISATION DES COMPTES DE GESTION

Ce COUR décrit les écritures de régularisation entre 2 exercices comptables.

 

COUR 23 : LES CESSIONS D'IMMOBILISATIONS ET DE VMP

Ce COUR décrit les écritures de cessions d'immobilisations et de valeurs mobilières de placement.

 

COUR 24 : L'INVENTAIRE EXTRA COMPTABLE

Ce COUR décrit les écritures de variations de stocks.

 

COUR 25 : LES DOCUMENTS DE SYNTHESE

Ce COUR décrit la présentation du bilan et du compte de résultat.

 

Par compta - Publié dans : cours et exercices comptabilité
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires

Articles récents

  • Par internet : Menara.ma ou Men.gov.ma ou par sms : Résultat bac maroc
    Resultat bac maroc par sms et sur internet Les résultats du bac marocain  2009 seront publié le 17 juin, il y'as plusieurs possibilité da'voir le résultat a distance sois par site web : bac2009.menara.ma/bac2009  (Les résultats publiés ne concernent que les candidats admis en...
  • Classement Meilleurs Lycées 2009
    Les 20 meilleurs lycée les plus réputés en france d'aprés le classement du journal l'Express :   Ville Nom du lycée dep....
  • nouveau crédit sans garanti pour les étudiants par le ministère ..
    Un nouveau prêt étudiant sera lancé au marché par l’état Ce nouveau crédit est Accessible à tous les étudiants régulièrement inscrits, quelque sois sa situation financière puisque ce crédit n’oblige pas un travail ou un revenue, le crédit en question est garantis par l’état via le biais...
  • résultats bac algérie 2009
    Le seul site sur internet pour avoir les résultats du bac 2009 est le site www.onec.dz. Par sms MOBILIS / ils suffit d'envoyé votre numéro d'examens au 6262 les résultats des bac suivant sont affiché sur le site : bac lettre est sciences humains bac lettres et sciences islamique...
  • Résultat bac france 2009
    Les résultats du bac france 2009, selon l'académie, la ville ou le département : Résultats bac france 2009 par académie (1er groupe) Les résultats du bac français 2008 (bac général, bac pro et bac technologique Épreuves anticipées - Brevet mais aussi le BTS) sont diffusé...
  • RÉSULTATS BAC TUNISIE 2009
    Les épreuves du baccalauréat en Tunisie de l’année 2009 se sont déroulées exactement dans la période : du 7 au 13 juin 2008. Selon les données rendues publiques par le ministère tunisien de l’éducation et de la formation nationales, Le nombre de candidats était d’environ 143194. Les étudiants...
  • résultat bac 2009 marocain, les candidats admis en première session par numéro sms
    résultat bac 2008 marocain, les candidats admis en première session par numéro sms Les résultats seront disponibles dés publication par le Ministère de l'Education National, dans le site portail menara et aussi par sms sur vote téléphone mobiule gsm : Envoyez le message CNE xxxxxxxx au...
  • Résultats bac maroc 2009
    Les résultats du bac Maroc 2008 seront publié gratuitement sur le site du ministère de l'éducation marocain ou site le portail menara, vous pouvez aussi avoir les résultats par sms le site web pour avoir les résultats du bac est : http://bac.menara.co.ma/ Sur votre mobile. Envoyez...
  • Logiciel Sphinx
    Le logiciel Sphinx, indispensable pour tout comptable et surtout dans le domaine de la marketing et vente, bien que ce logiciel n’est pas un logiciel de comptabilité, mais reste important pour les étudiants de commerce. En effet, le logiciel SPHINX permet de réaliser des enquêtes satisfaction,...
  • Micro crédit au Maroc
    Dans un pays où la pauvreté touche de larges couches de la société, le  Micro crédit est promis à un développement considérable. Mais sa réussite tient à la spécificité de ses agents. Nous les avons suivis pour mieux les connaître Le développement de la micro finance tient...
Liste complète

stats

="
 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus